Fondation
du verseau pour la paix

Culture - Droit - Ecologie - Education - Information - Pareto - Politique - Productivité - Raison - Santé

                   Plan    Guide    Accueil    Journal    Menu 

                           Causes    de    l’insécurité

Une crise morale

Pérenniser  la  civilisation de la construction

Pression
du groupe

 Alibi de l’horaire

En 1912, avec « Titanic », la prudence est oubliée et la course au « ruban bleu » devient la règle à bord des transatlantiques.

En 1937, avec le « Hindenburg », les consignes des ingénieurs sont délibérément transgressées pour  compenser le temps perdu par un fort vent de face.

Recherche

« Jeunesse »

Procédures incertaines
et manque de sérieux

La sociologie tend à capitaliser l’intelligence et peut s’appuyer sur les lois du rendement et du mérite ; la sociologie du droit tend à plus de justice et doit s’appuyer sur ces mêmes lois.

A défaut, on retombe dans l’ornière de la double-contrainte entre des dirigeants bornés, qui ignorent parfois les préconisations de terrain, et les gens de terrain, qui mettent parfois un point d’honneur à dissimuler l’information — « après tout, c’est lui le chef ! »

Divers scénarios mais un même processus

Psycho-sociologie de la sécurité

Les leçons des grandes catastrophes Le mécanisme des grandes catastrophes est toujours le même, c’est la collusion entre l’ignorance d’un bon sens plus ou moins caché, et la revendication d’une erreur plus ou moins manifeste.   La solution n’est donc pas la « visibilité » des universités, chère à la recherche, en France, à moins que cette visibilité ne tende à

mettre en lumière les universités gagnantes.

(21 oct. 2010)

§  Drames récurrents

On commence, sur les grands lacs américains, par charger un ferry de frêt excessif, ou comme à Zeebrugge, on remplit les ballasts d’un ferry, puis on s’étonne qu’une porte ouverte puisse alors laisser entrer l’eau et faire sombrer un navire, alors même que la sonnette d’alarme avait déjà été tirée

Conclusion par rapport aux époques

Si le mot de « construction » est souvent interprété dans le sens particulier de « génie civil », c’est parce que ce métier, plus que tout autre, est lié aux contraintes climatiques, et que le respect de cette exigence a façonné la « culture » spécifique du bâtiment, caractérisée par le sens des réalités. 

Or la construction ne se réfère ni au « génie civil » ni même au cadre restrictif des constructions matérielles, mais touche la société dans son ensemble, et pour le moins, elle touche chaque entreprise.

C’est dans ce sens que l’on peut dire : « que le respect de la contrainte de réalité est la culture qu’il faut adopter pour faire preuve d’esprit constructif, au rebours de la pensée spéculative, caractéristique de la dérive de l’enseignement général, qui ignore toute contrainte d’ordre pratique, et rejette le caractère scientifique et technologique des lumières, et pour tout dire, le génie à l’état pur.(2005)

§  Approche superficielle de la notion de construction

Trop souvent, l’interprétation du mot « construction » se limite au milieu du bâtiment, certes représentative de la prise en compte des conditions les plus générales, que le cahier des charges de la construction d’un projet doit prendre en compte.

 

Document créé ou modifié le dimanche 12 août 2018 à 11:29  -  retour á EN HAUT du document