Fondation
du verseau pour la paix

T4. Médiocrité tenue dans le collimateur

                           Médiocrité  et  libération  

Deux formes d’ignorance,  quatre confusions, des conséquences infinies

Approche de la médiocrité définie par GAUSS, caractérisée par Peter DRUCKER, et
spécifiée par mes soins : pas de miracle ni de chance face à la complexité !
(6 mars 2015)

CONFUCIUS nous invite toutefois à « ne pas condamner la recherche des petits » et rechercher la sagesse pour nous libérer des préjugés les plus lourds. » (20 mai 2015, rectifié)

 

Définition de la médiocrité

La médiocrité, qui se réfère aux préjugés et approximations complaisantes de la gauche, en temps normal, est caractérisée en temps de crise par ses voltefaces contre le droit.

(13 mars 2015)

Veulerie et couardise

La première est toujours prête à tomber plus bas, quitte à entraîner la société dans sa chute ; l’autre crève l’écran. C’est cette collusion que prend en compte la  thérapeutique du changement

Recherche

 

Conscience élargie des
dérives récurrentes du non-droit

Le médiocre n’aime rien de droit ; ce qu’il veut, c’est ta vie, pour éviter de réfléchir à ce qu’il faudrait faire. Il ne sait pas et ne cherche pas non plus à savoir. Il achète des vies, dont la présence à divers postes le rassure.

§  Travers de l’amalgame

Bien que nous soyons tous concernés, par définition, la médiocrité est caractérisée par les travers de l’humanité et pour le moins, par la facilité des amalgames entre vraisemblance et calomnie.

§  Sortir de la médiocrité

théorème de la construction et respect des règles de l’art.

§  Filtre funeste

Le génie mondial de l’ingénieur Wöhler est occulté par le filtre logique de la « lutte de classes », qui détourne l’autorité légitime du génie allemand au profit d’une fiction socialiste pourtant démentie par MARX lui-même.

Campagne 2012 - Par le contre-pied absolu du courant antiautoritaire qu’elle incarnait l’instant d’avant, l’indécence de la gauche déstabilise, mais ses travers — déni d’autorité ou trahison — révèlent une même convoitise

Eviter l’amalgame

Entre la dictature « nazie » (HITLER), hier, et l’identité allemande, aujourd’hui, ou bien entre la dictature des malfaiteurs (KOVESI) et la Roumanie.

§  Médiocrité de la gauche

A la fois évasive dans les lettres et rigoriste dans les sciences,

La médiocrité néglige en temps de paix la mission de grandir la foi en l’esprit de raison ou bien en Dieu, et lorsque les temps sont difficiles, cette faiblesse nourrit l’illusion que la guerre pourrait résoudre quelque chose. (Fayence, 2011)

§  Approche rationnelle de la justice

« Faire le minimum pour se tirer d’affaire », telle est l’expression par laquelle Peter DRUCKER fait progresser la sociologie en fournissant en 1958, une première approche rationnelle de la médiocrité.

En 2007, c’est cette médiocrité qui est enfin cernée par le ratio inédit des 5-50, au centre des lois du rendement et du mérite — dont la considération permettra un jour à la sociologie de faire un nouveau bond en avant vers le droit.

Critères de médiocrité

La médiocrité consiste à penser et agir comme si beaucoup de choses – le nombre, l’agitation, le mensonge - pouvaient remplacer un peu de sérieux et nous dispenser de ce petit effort auquel se refuse le plus souvent l’individu médiocre.

- Collusion de la froide intelligence et du nombre ;

- Loi du moindre effort, et ratio 6-50, au cœur des lois du rendement ;

- Agitation, milieu universitaire en tête

- Sentiment d’impunité que procure, au centre de la collusion, la considération éclairée, mais détournée de la morale, de l’épopée humaine.

- Mépris de tout gaspillage, y compris l’énergie sexuelle de l’homme – à charge de tout ou partie du couple (…)

§  Noblesse et médiocrité, déjà définies par DESCARTES !

Il est « plus aisé de se contenter de la vraisemblance, qui peut être trouvée sans grande peine en toutes sortes de matières, que de chercher la vérité (…) : pour ce qui est des expériences qui peuvent y servir, un homme seul ne saurait suffire à les faire toutes » - 6° partie du Discours de la méthode, dont la considération nous ouvre à la spiritualité.

§  Médiocrité enseignante

L’évaluation de l’élève devrait être guidée par la considération de sa mise au travail, autant au moins que par la considérati3on médiocre des résultats, et cette négligence est une erreur gravissime.

§  Dissimulation

En 1929, la préface du célèbres « Hanon », le pianiste virtuose, explique tout naturellement : « il n’y a plus de place, aujourd’hui, pour la médiocrité ».

Ce propos, qui se référait certes au milieu musical, serait-il encore publiable de nos jours ? En occultant le problème de la médiocrité, les gens du livre tendent à dissimuler eux-mêmes leurs propres travers.

        

 

Document créé ou modifié le dimanche 1er octobre 2017 à 13:30  -  retour á EN HAUT du document