Fondation
du verseau pour la paix

Culture - Droit - Ecologie - Education - Information - Pareto - Politique - Productivité - Raison - Santé

                   Plan    Guide    Accueil    Journal    Menu 

                           Responsabilité  de  la  diplomatie   européenne   

Un mal récurrent
contre
l’Etat de droit

En voulant empêcher des magistrats de voler sa maison, Maria COZMA a progressivement découvert que …

Le système criminel roumain est étendu à toute la Roumanie. Cette découverte vaudrait aussi pour l’Italie, où la maffia possèderait « 11.000 maisons et 300 usines volées », à en croire France‑Info, le 4 mai 2016. Radio-Basescu ? (rectifié le 5 nov. 2016)

 

Grande collusion contre vérité

Hans G. KLEMM
pourrait avoir été trompé.

Aujourd’hui, son pays dénonce les « violations des droits de l’homme que cet Ambassadeur des Etats‑Unis à Bucarest, nommé en août 2015,  avait malencontreusement soutenues au mépris du nouveau président de la Roumanie.
(Rectifié le 15 mai 2016)

Recherche

Ce qui se passe en Occident est très grave mais très clair. Toutefois, il faut éclairer les faits pour aider à la compréhension : un éclairage d’autant plus nécessaire que l’école faiblit. Et c’est cette faiblesse que voudrait corriger le monde arabe.

Au total, nous avons trois religions révélées, mais une seule science et un seul ratio spirituel

« Jeu sans fin » du non-droit

Du crime intellectuel, en Charybde, au crime de sang, en Scylla.

§  Approche du phénomène de corruption

Manque de vigilance, en Charybde ; et mauvaise foi  en Scylla se complètent

§  Approche du
contentieux de politique générale

Cette question de confiance, à nourrir par un équilibre mental à renouveler et  conforter par la culture,  concerne la conscience intellectuelle et morale d’une manière de se comporter en affaires et dans la vie.

Diagnostic biaisé

Le problème de l’Europe n’est donc ni exclusivement le secteur bancaire ni aucun autre, mais ce sont les pratiques de la corruption — en Grèce comme en Roumanie, et comme en France. (1° juin 2012, complété le 14 mars 2013)

§  Fragilité des Droits de l’Homme

En janvier 2012, après avoir cassé les jambes des manifestants qui voulaient dénoncer la corruption, les is de plus, des gens sérieux, milieu anglo-saxon en tête, contre lequel le milieu du journalisme français déverse à longueur d’années ses pamphlets haineux et autres raccourcis inhibiteurs pour occulter le vrai visage de l’esprit de méthode, à la fois rigoureux et créatif.

A Bucarest, plaque tournante de trafics financiers internationaux majeurs, les malfaiteurs tuent en masse pour ne pas ébruiter

Un système criminel dans l’immobilier

§  Témoins fragiles d’un commerce insidieux

Des responsabilités individuelles toujours toujours plus lisibles

§  Crimes de génocide sous le régime criminel de BASESCU

Le jeu sans fin des infracteurs aux postes-clés de l’Etat roumain s’exerce en complicité avec d’autres parties, par des provocations incessantes contre la Russie, pour faire diversion à leurs crimes contre l’humanité.

A décharge de ces infracteurs certes irresponsables, il faut noter, toutefois, la grave faiblesse de l’école, dont les revendications réductrices – laïcité ou religion — restent vaines face à la science, en général, et face à la science juridique, en particulier.

Il est à craindre que cette situation chaotique ne perdure tant que la conformité en droit — référence d’ordre mécanique, juridique, ou morale — de tout ou partie d’un système, ne sera pas appréciée à l’aulne d’une même loi — la loi de la gravitation universelle. (10 août 2015)

§  Des appétits insatiables

Approche de la situation constatée au sein de l’Union européenne

Des infracteurs multirécidivistes, installés aux postes-clés de l’Etat roumain, et guidés par une avidité sans limite, répriment les droits internationaux par d’autres crimes, pour échapper à l’emprise de la justice.

§  Des abus continus contre les Droits de l’Homme

Face à ce qu’il faut bien se résoudre à qualifier de dictature BASESCU, jamais la responsabilité politique de la diplomatie des pays de l’Union européenne n’a jamais été aussi grande pour remédier à la cécité de l’Union européenne, malade de la corruption. (27 juin 2012 complété le 16 sept. 2014)

§  Le combat des chefs corrompus

Suspendu depuis le début du mois de juillet 2012 par le Parlement roumain, l’ex-Président Traian BASESCU, qui ne manque pas de ruse, en appelle à « boycotter » … le système démocratique dont il a lui aussi largement détourné l’économie à son profit, comme l’explique l’écrivain et juriste Maria COZMA, dont la candidature à la Présidence roumaine avait été évincée en 2004 par cette collusion, et en laquelle des Roumains toujours plus nombreux aujourd’hui, placent encore leurs patients espoirs. 

§  Cécité européenne

Récemment, pour jeter de la poudre aux yeux des Européens, Traian BASESCU avait réglé quelques comptes avec son ancien rival politique Adrian NASTASE, mais les Roumains, que les manipulations juridiques de ces deux hommes avaient déjà réduits à devoir élire en 2004 le moins véreux des deux candidats, ne sont pas dupes.

§  Parlementaires européens corrompus

Face à des vols manifestes, depuis 2002, les observateurs européens, pourtant, auraient dû appliquer une mesure de sauvegarde de justice, mais au final, celle-ci avait été « oubliée » : lorsqu’on sait que l’un des membres de la délégation roumaine au Conseil de l'Europe, en 2000, n’était autre que Adrian NASTASE on ne s’étonne plus vraiment de la « cécité » de cette institution européenne. (14 sept. 2014)

 

§  Elégance et ténacité

Or ce sont ces qualités que l’on s’accorde à reconnaître aussi à l’héroïne de « Evasion du vide du silence » jusqu’en Russie où, sous l’oeil vigilant de Vladimir POUTINE, Maria  COZMA avait décroché un accord historique avec Gasprom, pour le salut de la vie économique des Roumains. Rendez-vous en 2014 ?

            

Document créé ou modifié le vendredi 6 janvier 2017 à 13:14  -  retour á EN HAUT du document