Fondation
du verseau pour la paix

Culture - Droit - Ecologie - Education - Information - Pareto - Politique - Productivité - Raison - Santé

                   Plan    Guide    Accueil    Journal    Menu 

                           Barrage  pervers    des  enseignements généralistes

Paradoxe du témoignage

Le fait d’être enseignant ne dispense pas de respecter un minimum de courtoisie

Projet d’établissement

Beaucoup d’agitation
ne remplace pas
un peu de sérieux.

Recherche

Investigation spéciale

ndsv

La tragédie humaine est notamment caractérisée par la psychologie criminelle toujours prêts à tuer pour dissimuler de premiers crimes, et dérouter le droit — comme en Russie, où Notre-Dame du Sang-Versé (Photo) rappelle les crimes communistes contre la famille de Russie — la famille ROMANOV.

(26 oct. 2014)

Ermont 1997,
l’erreur manifeste

Les faits interviennent à une heure de grande effervescence, et le Rectorat décide d’affecter en projet d’établissement, deux enseignants supplémentaires – un professeur d’électronique, et moi-même, professeur de construction, finalement suspendu sans fondement, pour avoir dû effectuer en projet d’établissement, la promotion de la démarche de construction auprès d’enseignants qui n’en veulent surtout pas, comme le prouvait déjà un premier mouvement de grève suspect.

§  Collusion des généralistes !

Ce sont bien les professeurs qui donnent régulièrement le ton : tous dans la rue !

A Ermont, en mars 1997, ce sont bien certains professeurs de l’enseignement général qu’il faut commencer par sensibiliser à l’importance du patrimoine moral des sciences et techniques – pas les élèves :

« Avec les Profs du Technique, je n’ai pas de problème … »

 me déclare d’ailleurs spontanément Jérôme LOGRE, Proviseur-Adjoint, alors en charge du Lycée Ferdinand Buisson d’Ermont.

Jérôme LOGRE cerne le diktat du milieu généraliste avec encore plus de précision : « délégués syndicaux en tête »
(Tribunal administratif de Versailles, 1998, Mémoire du Recteur, pièce 1) ;

Pour remédier à cette situation, il fallait commencer par poser le problème de la mauvaise « éducation », et finir par rénover effectivement l’école !

Lycée Ferdinand Buisson d’Ermont

L’affaire civile

Alors que j’enseigne la construction mécanique depuis bientôt 5 ans1, ma carrière2 prend le tour d’un un bras de fer officiel avec les syndicats d’enseignants, le 10 mars 1997 :

11 mars 1997Affecté en renfort, en projet d’établissement, au Lycée Ferdinand Buisson d’Ermont ;

27 mars 1997Promu responsable à la coordination de ce projet ;

28 mars 1997Calomnié après agression du Proviseur — fait pénal — par des enseignants, « délégués syndicaux en tête »

28 mars 1997 – Suspendu sans délai, alors-même que je viens d’être déclaré admissible après cinq ans d’enseignement …

Mai 97 à sept. 1998Victime des fins de non-recevoir de ces malfaiteurs en bande organisée3, j’accumule des preuves ...

6 avril 1999   Plaignant devant le Tribunal Administratif de Versailles contre l’Académie ;

28 octobre 2002Entendu officiellement sinon réhabilité, je remercie4 le tribunal de son engagement5

1 Depuis l’année 1992-93

2 Vingt ans en organisation industrielle et formation

3 Mme BOURJOIS‑SOLLIER, alors responsable de la DPE (direction des personnels enseignants) de Versailles,

Se réfère à « l’Etat de droit », dit qu’on ne juge pas les gens sans les entendre, et me demande de « lui écrire ce qui s’était passé. » Ce que je fais — sans la moindre suite du rectorat, non seulement…

… Mais la dame disparait de l’Académie de Versailles, avec sa secrétaire, pour refaire surface plusieurs années plus tard, sans surprise, comme … recteur de l’Académie de Versailles.

4Référence à la règle fondamentale de l’enseignement

5Composer avec les moins mauvais se réfère à l’abstraction faite de la conclusion biaisée du Tribunal — toutes choses étant comparables dans l’administration française

Je réfléchis d’abord pour moi

Ce travail me procure équilibre, joie et paix. En effet, que le chantier de la paix connaisse des difficultés, même durables, ne m’inquiète pas outre mesure, mais que d’autres que moi puissent un jour accéder à la clé du droit et renverser les retranchées de la collusion, cela m’importe plus que tout et m’emplit de joie et d’espoir. (9 mars 2013)

§ Mais j’écris d’abord pour les autres

Ma situation n’est pas pire que celle d’un sourd-muet, et même dans cette situation, certains ont le courage d’aider les autres. La moindre des choses est donc d’avoir ce courage pour moi-même. Car ce faisant, non seulement je me sauve moi-même, mais je sauve ceux qui tôt ou tard, se rendront compte des faits. (3 mars 2015)

§ Mort suspecte de Christophe DE MARGERIE

Capable et humain, Christophe de MARGERIE prouvait, par son charisme, le caractère infondé de la lutte des classes, et de l’incitation à la haine qui tient lieu de programme commun à HITLER et aux partis extrêmes (rectifié).

Or cette vivante preuve de la supériorité de la noblesse sur la médiocrité était insupportable pour les communistes, si commodément embusqués dans la Russie libérale de Vladimir POUTINE — et a fortiori, dans la France socialo-communiste de toutes les jalousies.

En 1991, la gauche, confrontée au miracle de l’approche japonaise de l’organisation, n’avait pu maintenir la chape de plomb des préjugés contre la participation allemande qu’au prix d’un grave parjure contre ses propres valeurs.

Aujourd’hui, la mort accidentelle de Christophe de MARGERIE, qui semble particulièrement suspecte, se présente comme un avertissement de la mafia communiste à Vladimir POUTINE, dont la politique est la vivante preuve de l’hérésie communiste. (24 oct. 2014)

 

 

Document modifié le jeudi 28 juin 2018 à 08:43  -  retour á EN HAUT du document