Fondation
du verseau pour la paix

E3. Emancipation, de la confusion aux libertés

                           Approche  réfléchie   de   l’école

 

Sans clairvoyance
ni prosélytisme, point d’
enseignement digne

Enseigner n’est pas seulement allumer un feu et remplir une bouteille mais suivre une étoile

si nous oublions le chemin, quand le retrouverons-nous ? (1° mars 2017)

 

Approche de
 la mission

Cesser de lancer la pierre à l’élève ; s’il tend à délaisser l’école, c’est à cause d’un enseignement tiède

à la fois évasif et inhibiteur
— alors qu’il y a

 tant de choses passionnantes à  transmettre, pour mieux situer les compétences de base.

Recherche

Approche de l’école franche

L’écueil majeur au grand projet de reconstruction
de l’Amérique et du monde

 n’est pas la finance ni l’ingénierie mais l’école.

D’où l’Ecole de Pékin, l’Ecole de Palo-Alto, et l’Ecole Crocy.

(13 nov. 2016)

Eviter la dialectique
de pseudo « fondamentaux »

Vers un cahier des charges de l’école — intégrant besoins fondamentaux et mission :

§  L’obligation culturelle1

S’émanciper de la confusion

§  L’obligation matérielle2

Savoir « lire écrire et compter »

§  L’état de l’école

1Besoin négligé, dissimulé, et confisqué

2Besoin doté à l’excès, par un manège sournois

§  Fondements oubliés de l’Excellence

Bien distinguer :

Les préjugés 
(Théorie du « complot judéo-maçonnique »)

L’école franche 
(Enseignement du phénomène de collusion)

L’école tiède
(Collusion insidieuse de cloisonnements suspects)

Le phénomène de gravitation
(Enseignement de la construction mécanique)

Ruiner les trafics de
mauvais niveaux d’abstraction par

l’Excellence
d’un
e école réfléchie

Plage de bons niveaux d’abstraction d’une école franche, permettant de

Se placer au-dessus d’un minimum d’intelligence — le racisme n’est pas une option, et au-dessous d’un maximum d’abstraction — l’opposition est a‑constructive.

§  Organisation du travail

Seule la fonction « oui » est constructive, mais elle doit être pondérée par une logique floue permettant d’intégrer les savoirs nécessaires à jusqu’à un seuil d’ignorance acceptable

§  La France s’enlise

L’école ne doit pas servir les enseignants, mais doit être un lieu d’accueilpréserver le modèle humaniste et conserver des repères immuables garantis par l’autorité du savoir théorique et non l’inverse : il est révélateur que la Sorbonne feigne de s’interroger sur l’identité de l’ingénierie, et cette trahison conforte le tableau des travers de la collusion, au fondement de l’école.
(24 janv. 2012, rectifié le 14 sept.)

Fonctions de l’ingénierie et neutralité de point de vue

A partir de la continuité des préjugés contre Orthodoxie et protestantisme, conforter le principe d’intégrité du droit, au centre de la vie sociale, en général, et entre Chrétiens.
(26 juin 2015, simplifié le 11 oct. 2015)

§ Le modèle humaniste et sa promotion

§  Vocation de l’école

Loin de la tiédeur médiocre d’une école pervertie, la civilisation est accessible par divers chemins - voie du droit, voie des sciences, voie des lettres, « voie des savants, » méditation, …

Ecole laïque ou confessionnelle

Doit constituer une invitation motivante et progressive, générale scientifique et technologique, à la méthode.

§  Approche du cahier de charges de l’école

Amour et raison, même témoignage de la foi : sans prosélytisme, point d’école ! 

§  Commerce inhibiteur des approximations

La rigueur est nécessaire mais elle est insuffisante. Réduire l’école  au commerce confortable du passage obligé par l’acquisition de l’esprit de rigueur est vain et dangereux : une telle école, n’offre plus, au final, ni science (pseudo-principes et cheval de Troie), ni religion (grogne partis également vains)

§  Nécessité de réformer l’esprit de l’enseignement

La prise de conscience relative à l’importance de la loi de Pareto, ne semble qu’à ses débuts ; deux fonctions,  caractérisées par la laïcité et la religion, devraient permettre d’atteindre 80 % des objectifs de l’école, notamment de juguler le sida de la civilisation.

La contrainte de l’éducation, pour l’éducateur, est d’aider l’élève à s’exprimer dans les lettres, dans les sciences, ou dans un art, et ainsi, à trouver la force qui est en lui, et sa vocation.

Les lettres bien comprises devraient commencer par l’étude da la langue maternelle, et faire place à l’étude de la construction et des piliers du patrimoine.

Pour commencer, il faut donner à l’élève un repère digne de ce nom, en ce qu’il se situe au carrefour des sciences et des humanités.

Il faut ensuite l’inviter à l’observation des faits, par étapes ludiques, puis  techniques, aux divers stades de l’acquisition de l’esprit de rigueur.

 

 

Document créé ou modifié le jeudi 12 octobre 2017 à 09:16  -  retour á EN HAUT du document